Andreia - 16 ans - 21/03/2012

ANDREIA JIMENEZ - ARAYA RETROUVEE SAINE ET SAUVE LE 21 MARS 2012

Age : 16 ans

Date de disparition : 4 MARS 2012

Lieu de disparition : VILLENNES SURE SEINE (78)

SIGNALEMENT : Taille : 1m65 - Corupulence : Normale - Cheveux : noirs

REPORT PRESSE

Solidarité Alerte © 2012

Soulagement à Villennes-sur-Seine.

Un peu plus de quinze jours après sa disparition, Andreia Jimenez-Araya, 16 ans et demi, a été retrouvée mercredi soir par les enquêteurs de la sûreté départementale à la gare de l’Est à Paris.

Les forces de l’ordre enquêtaient dans le cadre d’une information judiciaire pour enlèvement et séquestration, mais cette affaire s’est finalement résumée à une fugue.

L’adolescente a aussitôt été placée dans un foyer.

La jeune fille a quitté son domicile de Villennes-sur-Seine le 4 mars et n’avait pas donné de nouvelles depuis.

« Elle n’explique pas vraiment pourquoi. Elle ne s’entend pas avec sa mère et elle est sujette à des difficultés psychologiques », avance une source proche de l’affaire.

Hébergée par des connaissances de fraîche date, elle s’évanouit dans la nature et le dernier bornage téléphonique la situe près de la Seine à Meulan.

Elle traîne un peu du côté de Triel-sur-Seine, puis dans le quartier de la gare Saint-Lazare avant d’être hébergée dans la banlieue sud par des amis de fraîche date, des rencontres faites un peu par hasard.

Elle fréquente alors des gens peu recommandables et désocialisés.

Jusqu’à lundi, elle n’utilise pas son téléphone portable et demeure introuvable.

Les policiers sont persuadés qu’elle s’est suicidée car son état psychologique lors de sa fugue fait craindre le pire.

Ils mobilisent un chien pisteur, des plongeurs de la gendarmerie et un bateau équipé d’un sonar. En vain. Lundi, le compte Facebook est activé.

La communauté de ses amis voit un message où elle soutient « qu’elle est retenue prisonnière et qu’elle souhaite maintenant rentrer à la maison ». Les policiers demandent à l’entourage de l’ado de leur signaler toute nouvelle forme de contact. Et mercredi, elle écrit à son ex-petit ami sur Facebook et lui donne rendez-vous à 21h45 à la gare de l’Est.

Les enquêteurs de la sûreté départementale se présentent au rendez-vous.

« Elle a raconté son périple et nous a probablement beaucoup menti », explique la même source.

Les policiers vont tenter de vérifier ses déclarations pour la forme afin de clore ce dossier.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×