Geneviève - Camille 03/01/2013

Autorisation de diffusion parentale du 27 Décembre 2012 - 12:17

CAMILLE A ETE RETROUVEE LE 30 DECEMBRE 2012 A NOTRE DAME DES LANDES (44)

«Nous allons continuer, avec nos petits moyens, à faire que les gens parlent»

«On se torture l'esprit pour savoir la raison de cette fugue», confie ce jeudi la mère de Camille, à bout de nerfs. «Nous n'avons pas toutes les clés de la psychologie de l'adolescence. Il y a peut-être eu des influences par internet, mais un enfant qui fait une fugue, c'est un enfant en souffrance», poursuit-elle. «Revenez, on vous aime», ont imploré à l'unisson les parents à l'intention de leurs filles. «On ne vit plus, on veut juste que vous reveniez en bonne santé». Famille de Camille.

Sylvie Euvrard confie que sa fille lui avait fait par de son envie de rejoindre les opposants au projet de construction d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

"Je n’ai pas pris ça au sérieux, car elle n’est pas du tout politisée", glisse-t-elle. Ce qui n’est pas le cas de la mère de Camille.

"Ma fille a des penchants écolo, anarchistes, communistes" assure Dominique Lauran.

"Chez nous, elle a une vie normale. Peut-être trop banale pour elle !", reconnaît-t-elle.

Par ailleurs, au cours de leur enquête, les gendarmes ont découvert sur les ordinateurs des adolescentes qu’elles avaient pris contact avec les milieux anarchistes. L’automobiliste suisse confirme cette information.

"Ça va être difficile : tout le monde là-bas ­porte une capuche et jette des cailloux sur les gendarmes, explique un enquêteur. Mais si elles sont avec les “zadistes”, elles sont logées, chauffées, nourries", lance un enquêteur.

solidaritealertediffusion@yahoo.fr

Solidarité Alerte © 2012

APPEL A TEMOINS POUR CAMILLE ET GENEVIEVE -  MISE A JOUR DU 25 DECEMBRE 2012

Leur fugue dure dangereusement.

Camille Lauran, 16 ans, et Geneviève Euvrard, 17 ans, deux élèves de la même classe de première du lycée Charles-et-Adrien-Dupuy au Puy-en-Velay (Haute-Loire), ont quitté leur établissement le 4 décembre dans la matinée.

Une automobiliste étrangère, qui a pris contact avec la police depuis, a convoyé les deux jeunes filles ce jour-là jusque dans la banlieue de Toulouse (Haute-Garonne) et, depuis, plus rien.

Sauf cette lettre écrite, postée dans la Ville rose le 10 décembre et reçue le lendemain par la mère de Geneviève où elle dit «être en sécurité et au chaud tous les soirs».

Mais le doute tenaille les parents des deux lycéennes qui soupçonnent leurs enfants d’être dans une position «contrainte» et «d’être hébergées par un adulte».

La mère de Geneviève : «Qu’elle nous donne juste un signe. Ce serait notre plus beau cadeau de Noël» «Qu’elle nous donne juste un signe le plus vite possible, même si elle ne souhaite pas revenir tout de suite. Ce serait notre plus beau cadeau de Noël et on reprendra notre vie comme avant», lâche Sylvie Euvrard, 46 ans, la mère de Geneviève, une enseignante, qui avoue ne pas comprendre le déclic qui a poussé sa fille à prendre ce jour-là la route avec son amie Camille.

Deux filles passionnées de musique. Cette affinité a sans doute rapproché les deux jeunes filles, qui jouent de la guitare basse.

«Toute la famille est perturbée. Sa petite sœur de 13 ans n’arrive plus à dormir», constate Sylvie Euvrard, qui décrit Geneviève comme «une enfant calme, au bon cœur, se donnant une image de rebelle avec son blouson en cuir».

Une famille éprouvée il y a quatre ans par le décès du père de famille.

Même incompréhension chez Michel Lauran, le père de Camille, un artisan taxi qui dit «tout imaginer».

Il demande à sa fille d’«appeler» et jure d’aller les chercher «là où elles seront».

Sont-elles toujours ensemble, se demande le père de Camille Lui aussi avoue ne pas avoir détecté de signe précurseur pouvant expliquer cette fugue. Un père qui se culpabilise aussi :

«Elle a peut-être laissé une corde que je n’ai pas su prendre.»

Tout comme Geneviève, Camille est issue d’une famille de quatre enfants et les frères et sœurs, non plus, «n’ont rien vu ni détecté», selon Michel Lauran. Un père qui s’interroge aussi sur cette lettre envoyée par Geneviève, car il «ne sait pas si Camillle est toujours avec sa camarade».

Côté enquête, la police privilégie toujours la thèse de la fugue volontaire.

Mais, le temps passant, l’absence de signes ou de contacts évidents est une source d’inquiétude.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur tandis que les parents des deux enfants ont porté plainte pour «soustraction de mineurs».

Téléphones portables coupés

Lorsqu’elles ont quitté leur lycée, Camille et Geneviève ont coupé leur téléphone portable et n’ont pu être localisées.

L’hypothèse de leur présence un moment sur le site retranché du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) a été évoquée.

Les policiers ont fait diffuser leurs photos sur place et contacté les gendarmes.

En vain. C’est Geneviève qui, peu de temps avant sa disparition, avait évoqué son envie d’aller sur place pendant les prochaines vacances de Pâques.

A l’époque, sa mère n’avait pas relevé cette remarque.

APPEL A TEMOINS POUR CAMILLE - PUBLICATION DU 10 DECEMBRE 2012.

Deux élèves du lycée Charles et Adrien Dupuy du Puy-en-Velay (43), Camille et Geneviève, ont disparu depuis maintenant une semaine.

Par le biais des réseaux sociaux, elles auraient fait part de leur intention de se rendre en Loire-Atlantique pour manifester contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Pour le Procureur de la République du Puy-en-Velay, il ne s’agit pas de disparitions inquiétantes.

Les familles de ces deux élèves de première scientifique, qui ont rencontré lundi le proviseur du lycée, sont en revanche inquiètes.

L’une d’elle a même lancé un appel à témoin dans le Dauphiné Libéré.

L’une des élèves, Camille, est interne et sa famille réside à Lesperon en Ardèche.

Sa famille se dit surprise et très démunie, "elle n’est jamais partie.

Ce week-end il n’y a pas eu de dispute, rien ne laissait penser à cette disparition subite".

Camille, 17 ans, est la cadette de la famille, elle a 3 frères et sœurs.

L’autre est demi-pensionnaire et sa famille vit en Haute-Loire.

Les deux jeunes filles ont disparu mardi 4 décembre après avoir assisté à un cours de 8h à 9h.

Elles ont alors dit à leurs camarades de classe qu’elles se rendaient à l’infirmerie. Le proviseur du lycée Charles et Adrien Dupuy s’est déclaré lui aussi inquiet face à ce type de disparition plutôt exceptionnel.

Selon lui, les deux lycéennes avaient une scolarité normale.

Depuis une semaine, les deux jeunes filles n’ont pas donné de nouvelles à leurs familles, et n’ont pas utilisé leurs téléphones portables. Au Puy, la police a auditionné l’entourage des lycéennes sans obtenir plus d’information.

Les parents n’ont eu aucune nouvelle depuis une semaine, les téléphones portables des deux adolescentes restent désespérément muets.

Toute personne ayant des informations concernant cette double disparition est priée de rentrer en contact avec le commissariat de police du Puy-en-Velay au 04 71 04 04 22.

Les parents de Geneviève, 16 ans, élève de Première Technologique au lycée Charles et Adrien Dupuy du Puy-en-Velay (classe STI 2 D), dans la même classe que Camille (qui, elle, redouble) ont reçu mardi après-midi une lettre de leur fille.

Dans ce courrier posté lundi, Geneviève indique qu’elle "va bien, qu’elle est en sécurité, qu’elle dort au chaud, et qu’elle est contente de sa liberté". Ce courrier a été donné à la police du Puy-en-Velay pour déterminer son lieu d’expédition.

La maman de Geneviève s’est dite "un peu rassurée" par ces nouvelles mais toujours très inquiète: "elles peuvent faire de mauvaises rencontres et puis l’hiver, avec le froid actuel, ça n’est pas rassurant".

Elle assure que sa fille n’a jamais fugué auparavant, que Geneviève n’était pas très politisée jusqu’ici, "peut-être un peu d’avantage depuis qu’elle fréquentait Camille".

Les parents des deux lycéennes ont lancé un appel à témoin, le commissariat du Puy centralise les recherches (04 71 04 04 22).

Solidarité Alerte © 2012

Solidarité Alerte © 2012

Michel Lauran et son épouse sont inquiets.

Ils sont sans nouvelles de leur fille Camille, 17 ans, depuis mardi 9 heures. Au lycée de Puy-en-Velay (Haute-Loire), l’adolescente a prétexté le besoin d’aller à l’infirmerie avec une copine pour quitter les cours.

Depuis, plus personne ne l’a revue.

Des informations en provenance du lycée et des messages sur le réseau social Facebook laisseraient penser que l’adolescente, originaire de Lespéron, voulait se rendre à Notre-Dame-des-Landes pour manifester contre le projet d’aéroport.

Elle est vêtue d’un pantalon noir, d’un sweat comportant l’inscription Rammstein, d’une veste noire à capuche et de rangers à lacets rouges.

Toute personne susceptible d’apporter des informations peut appeler le commissariat de police du Puy-en-Velay au 04 71 04 04 22.

Solidarité Alerte © 2012

Solidarité Alerte © 2012

solidaritealertediifusion@yahoo.fr

Solidarité Alerte est indépendante du plan Alerte Enlevement.

Solidarité Alerte © n'est partenaire avec aucune association ou organisation n'ayant conclu un accord.

Solidarité Alerte

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×